Le développement durable local

Le passage au troisième millénaire restera marqué par une évolution majeure de la société avec l’apparition d’un nouveau concept : le développement durable.
Basé sur des logiques de profits à court terme, le modèle productiviste a engendré des déséquilibres considérables.

En réponse à cette crise générale, le développement durable propose une nouvelle approche, réconciliant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement et « répond au besoin du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (Comission mondiale Environnement et Développement, 1989).

Il ne s’agit nullement de geler le progrès, mais d’avancer en se gardant de détruire, afin de transmettre à nos enfants un monde riche et diversifié.

Pour être durable, un système doit être :

  •  économiquement viable, sans que soient exclues des aides de la collectivité en échange de services d’intérêt général (gestion de l’espace, préservation de la biodiversité…).
  •  vivable en terme de conditions de vie et de travail, mais aussi de possibilités d’accomplissement social.
  •  reproductible dans le temps et dans l’espace sans compromettre le renouvellement des ressources et les grands équilibres, et en assurant une gestion des espaces sur le long terme.

La prise de conscience au niveau local est nécessaire à l’application concrète et quotidienne de ce concept de développement durable.

Penser globalement (intégrer le long terme et l’ailleurs) pour agir localement.

De là, découlent certains principes :

- valoriser ce qui est abondant et économiser ce qui est rare
- Conserver le maximum de valeur ajoutée sur le territoire
- Traiter les causes plutôt que les effets