Le programme Life Coex (2004-2008)


Problématique


Le projet correspond à des espaces d’où les grands carnivores avaient le plus souvent disparu et dont le retour naturel (loup dans les Alpes) ou la réintroduction (ours dans les Pyrénées centrales) remontent aux années 1990. Le changement des pratiques pastorales imposé par ce retour des prédateurs est mal vécu par la majorité des éleveurs et bergers, surtout dans les zones d’élevage pour la viande, sans tradition de gardiennage continu . Ce malaise est exploité par certains pour inciter ces derniers à refuser les moyens de protection contre la prédation mis en place par l’Etat, ou pour remettre en cause le statut d’espèces protégées de l’ours et du loup.


Aire d’étude


Le projet couvre les versants français des massifs alpin et pyrénéen ainsi que certaines basses vallées et plaines méditerranéennes accueillant des troupeaux ovins transhumants. Dans les Alpes (économie ovine à viande dominante), une attention particulière va être portée sur les zones périphériques correspondant aux fronts de colonisation du loup vers l’ouest et le nord. Dans les Pyrénées (production ovine laitière dominante à l’ouest, à viande au centre et à l’est), le projet va accompagner une nouvelle phase de réintroduction de l’ours, récemment décidée par l’Etat.


Principales actions


Les efforts vont se concentrer sur la formation aux techniques de protection, les échanges d’expérience entre éleveurs et bergers des différentes régions et différents massifs, la valorisation de produits fermiers issus des zones à ours dans les Pyrénées, et sur des outils de protection alternatifs dans les zones alpines où les mesures proposées par l’Etat ne sont pas encore acceptées ou mises en place, notamment dans de nouveaux secteurs de colonisation du loup. Il s’agit d’abord de renforcer les capacités des professionnels de l’élevage à se protéger contre les prédateurs en leur apportant un appui technique sur l’utilisation des outils existants (notamment pour l’utilisation de chiens de protection), offert par une équipe d’éleveurs et bergers partenaire du projet. Il s’agit ensuite de montrer, à partir de la production et la commercialisation de produits fermiers de qualité (fromage, agneau,…) que la présence d’une espèce à forte valeur patrimoniale (en l’occurrence l’ours), malgré les contraintes que sa présence impose, peut se traduire par une plus-value économique pour les éleveurs. Enfin, dans les Alpes, des équipes d’écovolontaires apporteront aux éleveurs et bergers leur soutien technique et moral pour surveiller les troupeaux, surtout de nuit et en particulier lors d’épisodes d’attaques rapprochées dans le temps (interventions d’urgence).


Résultats attendus


Le projet doit conduire à une mise en oeuvre plus volontaire des moyens de protection proposés par l’Etat aux éleveurs et bergers, avec une réduction significative des conflits et de leur récupération politique, et, dans le cas de l’ours, à une plus large acceptation du processus de réintroduction au sein de cette profession.


Partenaires français


WWF France (fondation privée, branche française de l’organisation mondiale de protection de la nature) – Coordination nationale et communication générale institutionnelle du projet.

Association pour la Cohabitation Pastorale (association à but non lucratif, rassemble des éleveurs et bergers des Pyrénées pour promouvoir la cohabitation entre élevage et grands carnivores) – Formation aux techniques de protection des troupeaux et échanges d’expériences entre éleveurs et bergers des Alpes et des Pyrénées.

Fonds d’Intervention Eco-Pastoral (association à but non lucratif, « pour que l’ours et le berger vivent ensemble dans les Pyrénées », impliquée dans la protection de l’ours depuis 1975) – Promotion dans les Pyrénées occidentales de produits fermiers des zones à ours et des techniques de cohabitation.

Pays de l’Ours – ADET (association pour le développement durable des Pyrénées centrales), rassemble entre autres des élus, des professionnels de l’élevage et des acteurs de la protection de la nature – Organisation d'action-pilotes de développement durable intégrant l'ours, dont la promotion de produits fermiers des zones à ours des Pyrénées centrales.

FERUS - (association à but non lucratif pour la conservation de l’ours, du loup et du lynx) – Organisation de chantiers d’écovolontariat aide-berger dans les Alpes et sensibilisation du grand public à la cohabitation agriculture / grands carnivores.


Financement


Union européenne : 60 %
Etat français, WWF France, Partenaires (autofinancement), selon des parts variables selon les partenaires.


Pour aller plus loin : le site officiel du programme Life Coex